Fragments – Arnaud du Boistesselin

La galerie De natura rerum s’installe dans un lieu chargé d’histoire et l’humanité, par les pierres issues du rempart d’Auguste et les arches médiévales qui le rythment. En accord avec ce cadre, la galerie présentera des expositions de photographies, mais aussi de peintures, dessins, collages, sculptures qui déplacent le regard porté sur l’Antiquité et l’histoire, pour en montrer la foisonnante polysémie et les résonances inquiétantes, mystérieuses ou sensuelles.

Notre première exposition peut s’inscrire sous l’égide de Gaston Bachelard, dans La poétique de l’espace :

« Par l’éclat d’une image, le passé lointain résonne d’échos et l’on ne voit guère à quelle profondeur ces échos vont se répercuter et s’éteindre. »

Arnaud du Boistesselin a fait des voyages (et songe à repartir), a vécu dans un pays de sables et de pierres de l’autre côté de la Méditerranée. Son retour est paradoxalement un exil.

« Je pense que nous avons tous connu des instants où quelque chose s’est effondré au-dedans de nous, quelque chose avec quoi il faut bon gré, mal gré continuer à vivre… N’y a-t-il pas des décombres au fond de chacun de nous? »

Arnaud du Boistesselin, au travers de ses Fragments, se demande avec l’artiste Jiří Kolář si cet effondrement qu’est le nostos n’a pas le sens d’un nouveau départ.

L’exposition est intégrée dans le festival Voies Off 2018 parallèle aux Rencontres de la Photographie.

La galerie sera ouverte tout l’été de 11h à 19h.
50 rue du refuge, c’est à deux coudées de l’entrée principale des arènes.

Fragments, exposition photo d'Arnaud du Boistesselin à Arles, été 2018, galerie De natura rerum, 50 rue du refuge, Arles

La revue Caméra disponible à la galerie De natura rerum

Lancée en plein élan post-pictorialiste, en 1922, Camera disparut en décembre 1981, après avoir connu de glorieuses années, grâce à Allan Porter, son rédacteur en chef le plus moderne.

Relancée en 2012, Camera poursuit ce désir de connaissance et d’exigence qui fit la réputation de cette revue unique.

Si vaste est désormais le champ photographique qu’il paraît impossible de cerner l’ensemble des propositions. Reste l’idée, avancée avec joie, de montrer comment la photographie s’accorde avec la vie/l’envie des autres, ici et là-bas.

Pour la première fois, la galerie De Natura Rerum présente durant le festival Voies Off la collection complète de Camera – incluant tous les numéros épuisés – et une centaine de numéros mythiques de 1965 à 1975, en vente ainsi que la nouvelle série depuis 2012.

Bruno Bonnabry-Duval, rédacteur-en-chef, sera présent à la galerie pendant la semaine des Rencontres photographiques, du 2 au 7 juillet 2018. Pour le rencontrer, prenez contact avec nous.