Grain de sel, Thierry Vezon

Grain de sel - Thierry Vezon - De natura rerum 2021

Exposition de photographies du samedi 1er mai au mercredi 30 juin 2021.

Chez les anciens, du sel naissent les déesses – Aphrodite « haligénée », née d’une écume, la cristallisation du sperme d’Ouranos – des alliances, des rituels, des amitiés… Substance minérale qui se dissout dans l’eau et réapparaît sous forme de cristaux, ce petit grain aux multiples pouvoirs est associé au divin par ses capacités à la métamorphose.

Rien de moins terne que le sel en effet, comme le relève déjà Pline l’ancien : « Le sel commun, et le plus abondant, se fait dans les salines avec l’eau de mer qu’on y répand, non sans y faire arriver de l’eau douce, mais surtout avec le secours de la pluie et beaucoup de soleil, sans quoi le sel ne sécherait pas. […] Il y a aussi des différences de couleur : rouge à Memphis, le sel est roux sur les bords de l’Oxus, et pourpré à Centuripes. » (Pline, Histoire naturelle, Livre XXXI, XXXIX & XLI, Les Belles Lettres, Les Classiques favoris, tome 2, p. 475-477.)

Ce pouvoir de la métamorphose, Thierry Vezon le saisit par des images construites comme des énigmes géométriques : vu d’en haut, le sel de la terre se déguste aussi avec les yeux.

Thierry Vezon

Photographe  indépendant résidant dans le Gard, Thierry Vezon se consacre à la photo de nature depuis 2004. Ses lieux de prédilection sont situés dans le Sud de la France : le Languedoc, la Provence, la Camargue,  les Cévennes. Cependant, il est aussi attiré par le Grand Nord ,l’Arctique, les grands espaces et les atmosphères glacées. Spécialisé dans la photographie de faune et de paysages, il consacre de très longues heures à l’affût, toujours dans le respect de la nature. Il s’est aussi spécialisé dans la photo aérienne. De nombreuses expositions et festivals ont montré ses photos. Pour en savoir plus.

Il a également publié de nombreux livres de photos : Le flamant rose de Camargue (Alcide, 2020), Un voyage en hiver (Alcide, 2019), Camargue entre ciel et terre (Alcide, 2018), Cévennes. Lumières (Alcide 2016), Un conte d’hiver (Hesse, 2016), Le pont du Gard (Alcide, 2016), Cévennes. Regards croisés (Alcide, 2015), Camargue indiscrète (Equinoxe, 2014), Alchimie (Hesse, 2014), Cévennes. Nature (Alcide, 2012), Camargue sauvage (Biotope, 2012), Chevaux Camargue (Alcide, 2011), Gard sauvage (Cogard, 2011), Vautours en Baronnies (Hesse, 2008).

Entre deux Arles. Robert Silhol

Entre deux Arles Robert Silhol De natura rerum Arles 2020

Exposition de photographies, du 2 octobre au 15 novembre 2020.

Vernissage vendredi 2 octobre à partir de 18h.

Robert Silhol réussit à capter des ambiances qui traversent le temps, qui réunissent fugacement des Arles distantes. Au gré d’une météo changeante, tout au long de l’année, un univers poétique émerge au-delà des représentations convenues d’une des villes les plus photographiées du monde.

Continuer la lecture de « Entre deux Arles. Robert Silhol »

IChThUS. Méditerranée, mer nourricière. Nicolas Camoisson & Ariane Carmignac

IChThUS, exposition, vernissage

Exposition de photographies de Nicolas Camoisson et de photographies et cyanotypes d’Ariane Carmignac, chez De natura rerum, du 1er au 27 septembre, dans le cadre de l’été indiens #3 « mangiare ». Vernissage samedi 5 septembre à 19h30. Rencontre avec les deux photographes, N. Camoisson et A. Carmignac, le samedi 26 septembre à partir de 15h.

Continuer la lecture de « IChThUS. Méditerranée, mer nourricière. Nicolas Camoisson & Ariane Carmignac »

La genèse d’un livre de photos. Gilles Magnin

Gilles Magnin, Sensibles, genèse d'un livre de photos

Rencontre avec le photographe arlésien Gilles Magnin samedi 18 juillet à 18h. Qu’est-ce qu’un livre de photographies ? Comment un auteur, un photographe, passe d’un ensemble d’images, à un livre de photos ? Quelle est la spécificité de la genèse d’un livre, comparée à la réalisation d’une exposition ? Comment en fait-il une série qui fonctionne, qui raconte une histoire, avec un début, un parcours, une fin ? 

Continuer la lecture de « La genèse d’un livre de photos. Gilles Magnin »