Comment fabrique-t-on une cervoise ?

Dans le cadre des apéros antiques, organisés lors du festival Arelate, rencontre le jeudi 20 août, à 18h, avec François Prêtre, brasseur (Aquae Maltae) et Nicolas de Lavergne (De natura rerum). La séance sera suivie d’un apéritif dînatoire romain avec notre partenaire Volubilis, restaurant au pied de l’amphithéâtre. Réservation recommandée.

Rencontre avec François Prêtre, brasseur (Aquae Maltae, Aix-en-Provence) et Nicolas de Lavergne (De natura rerum, cave à bières brassées en Provence et Occitanie), autour de leurs expérimentations brassicoles. Ce qui différencie la bière de la cervoise, c’est l’usage du houblon, dont les propriétés amérisantes, aromatiques, antiseptiques ne sont découvertes qu’au milieu du Moyen Âge. Son usage se généralise ensuite. Les Gaulois – et tous les autres peuples qui fabriquaient une boisson fermentée à partir de grain, de la Mésopotamie à la péninsule espagnole – utilisaient un gruit d’herbes pour aromatiser et conserver la cervoise, ainsi que du miel.

Depuis le printemps 2019, François et Nicolas font des microbrassins pour tester les propriétés de différentes herbes locales. En mai 2019, ils ont brassé une cervoise à l’ail violet de Provence, condiment de saison. Cette cervoise acidulée, très aromatique, au thym, romarin et armoise, et poivre, a rencontré un certain succès auprès des amateurs de bières sour. Elisabeth Pierre en particulier l’a appréciée et intégrée dans ses interventions. Une nouvelle version de cette cervoise sera brassée début août.

La séance sera l’occasion d’une dégustation de différents essais de cervoises, et peut-être également la nouvelle version.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *