[Décalé] Quand Rome inventait le populisme. Raphaël Doan

Nous recevons le jeune auteur Raphaël Doan, qui vient de publier aux Editions du Cerf un essai roboratif sur le populisme, samedi 11 avril à 17h. Le populisme est-il le bouclier des humbles contre une élite sourde à ses revendications, ou le futur glaive des tyrans contre la liberté ?

La présentation de l’éditeur

Il y a du Cicéron chez Emmanuel Macron, et du Clodius chez Donald Trump. C’est en historien de l’Antiquité que Raphaël Doan démontre que nous n’avons pas inventé le populisme. Les Romains, à la fin de la République, connaissent une lutte à mort entre ce qu’ils appellent les populares et les optimates. Appel au peuple, goût des solutions radicales, recours à la figure de l’homme fort : ces tribuns en toges et en sandales ressemblent trait pour trait à ceux du xxie siècle.

Dans cette époque, avec son sénat et sa plèbe, ses discours et ses émeutes, ses guerres et ses violences, tout est d’actualité. Y compris la question essentielle : le populisme est-il le bouclier des humbles contre une élite sourde à ses revendications, ou le futur glaive des tyrans contre la liberté ?

L’auteur

Ancien élève de l’ENS et de l’ENA, agrégé de lettres classiques, Raphaël Doan a 26 ans. Il signe ici son premier livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *